04/02/2023
Vitalik Buterin assure que la "fusion" d'Ethereum doit avoir lieu entre août et octobre

Vitalik Buterin assure que la « fusion » d’Ethereum doit avoir lieu entre août et octobre

Ce vendredi, le co-fondateur d’Ethereum a expliqué que la fusion de la blockchain Ethereum pourrait avoir lieu en août, sauf problème majeur. Un évènement très attendu par la communauté crypto.

Ce serait un vrai bouleversement pour l’écosystème. L’une des mises à jour majeure de la blockchain Ethereum (qui dispose de sa propre cryptomonnaie l’ether), baptisée « The Merge » (la fusion) devrait avoir lieu au mois d’août. Cette fusion consiste, pour Ethereum, à passer d’un processus de validation et de minage dit de « proof of work » (Pow) à celui de « proof of stake » (PoS). Un pas géant vers un tout autre système.

Ce vendredi, Vitalik Buterin, le co-fondateur d’Ethereum, a donné plus de précisions sur la date de la transition, lors de l’évènement Web 3.0 ETH Developer Summit à Shanghai. »Si tout se passe bien, il est prévu que la fusion se produise cet été. S’il n’y a pas de problème, la fusion aura lieu en août. S’il y a des problèmes, septembre est possible et octobre est possible. Ethereum deviendra enfin un réseau proof-of-Stake », a déclaré Vitalik Buterin.

Ce dernier a également confirmé la date du 8 juin au cours de laquelle les développeurs du réseau Ethereum réaliseront un nouveau test afin que la mise à jour se fasse sans encombre. Si Vitalik Buterin a évoqué le mois d’août, la date de la fusion semble à chaque fois repoussée. Au départ prévue fin juin, elle a finalement été décalée à plus tard dans l’année les développeurs du réseau Ethereum, dont Tim Beiko, estimant que d’autres tests étaient encore nécessaires.

Sur le site d’Ethereum, la fusion est annoncée pour le troisième / quatrième trimestre de l’année, il n’y a pas plus d’indications.

99,95 % d’énergie en moins

Pour rappel, la PoW (« proof of work » ou preuve de travail) est un système qui vise à sécuriser de nombreuses blockchains, grâce à des mineurs (personne ou groupe de personnes) qui utilisent la puissance de calcul d’ordinateurs pour valider des transactions et générer de nouveaux blocs sur une blockchain. Ce système est notamment utilisé par les deux cryptomonnaies phares, que sont l’ether et le bitcoin. Cette pratique a fait l’objet de débats en mars 2022 au Parlement européen, des députés demandant son interdiction dans le cadre des débats sur Mica (réglement « Markets in Crypto-Assets), en raison de la grande consommation d’énergie nécessaire avec cette méthode et donc de son impact sur l’environnement.

De son côté, la PoS (« proof of stake » ou preuve d’enjeu) est un système qui vise à sécuriser de nombreuses blockchains, et qui est considéré comme une alternative au PoW. Un détenteur d’une cryptomonnaie est sélectionné au hasard et doit notamment prouver qu’il possède une certaine quantité de cryptomonnaies pour obtenir le droit de valider des blocs dans le réseau afin de garantir sa sécurité. Cette méthode est moins énergivore que le PoW.

D’une part, comme expliqué plus haut, le système PoS reste moins énergivore que la PoW. En effet, dans une note publiée en mai sur le site d’Ethereum, les développeurs affirment que la blockchain fusionnée consommera 99,95 % d’énergie en moins après sa transition.

Un évènement très attendu par la communauté

« La consommation annuelle du réseau Ethereum est évaluée à 74,6 terrawater », rappelle l’association pour le développement des actifs numériques (Adan). A ce jour, et selon les chiffres de Coinmarketcap, l’ether qui circule sur Ethereum est la deuxième plus grosse cryptomonnaie en terme de capitalisation, affichant une capitalisation de 245 milliards à l’heure de la rédaction de ce papier. Par ailleurs, la blockchain Ethereum est fortement montée en puissance au cours des dernières années, à la fois avec le boom des NFT, principalement achetées sur la blockchain Ethereum, et l’émergence des services de finance décentralisée.

Cette fusion entraînera par ailleurs des nouveautés pour les mineurs sur la blockchain: »Une fois la fusion réalisée, les validateurs auront en charge la validation du réseau principal Ethereum. Miner ne sera plus nécessaire, de sorte que les mineurs investiront probablement leurs gains dans le nouveau système de preuve d’enjeu », souligne Ethereum sur son site.

Par ailleurs, cette fusion devrait réduire l’émission d’ethers en circulation, ce qui impliquerait qu’avec une quantité limitée, la demande d’ether pourrait être plus élevée. En effet, à l’inverse du bitcoin qui circule en quantité limitée (21 millions de bitcoins à terme), l’ether circule à ce jour de manière illimitée.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *