21/02/2024
Sandbox COO : « Nous ne sommes pas d'accord » avec l'étiquetage SEC du jeton SAND comme sécurité

Sandbox COO : « Nous ne sommes pas d’accord » avec l’étiquetage SEC du jeton SAND comme sécurité




Sabastien Borget, co-fondateur et directeur de l’exploitation de The Sandbox, a répondu aujourd’hui aux poursuites explosives intentées cette semaine contre deux principaux échanges cryptographiques et a abordé l’impact de son jeton SAND potentiellement contraire aux lois américaines sur les valeurs mobilières.

La Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis a intensifié son application de la cryptographie cette semaine, ciblant les principaux échanges Binance et Coinbase avec des poursuites consécutives. Dans le cadre de l’action, une multitude de jetons ont été désignés par la SEC comme des titres non enregistrés, y compris SAND de la Sandbox métaverse jeu.

SAND faisait partie des dizaines de crypto-monnaies et de jetons que l’agence a identifiés comme tels cette semaine, rejoignant d’autres pièces notables comme Solana (SOL), Polygone (MATIQUE) et Cardan (ADA), ainsi que le jeton de gouvernance AXS de Fellow NFT jeu Axie Infini et le jeton MANA de Decentraland.

« Nous sommes évidemment au courant du litige avancé contre Binance et Coinbase aux États-Unis par la SEC », a déclaré Borget lors d’un événement de presse à la Non Fungible Conference (NFC) à Lisbonne. « Nous ne sommes pas nécessairement d’accord avec la caractérisation qui a été faite dans ce litige, y compris la qualification de SAND en tant que sécurité là-bas. »

Borget a ajouté que le jeton de The Sandbox a « été nommé », mais a ajouté que l’équipe n’est « pas elle-même directement sujette à des litiges ».

« Cela ne change pas notre activité au quotidien », a-t-il ajouté.

Alors que les poursuites de la SEC contre les échanges sont arrivées en tandem, respectivement lundi et mardi, ses accusations contre Binance et Coinbase varient.

Binance a été ciblé pour avoir prétendument offert et vendu des titres non enregistrés, ne pas restreindre l’accès des utilisateurs basés aux États-Unis à sa bourse internationale et avoir dirigé une bourse, un courtier et une agence de compensation non enregistrés. Coinbase, quant à lui, était également poursuivi pour cette dernière allégationainsi que d’exploiter prétendument services de jalonnement qui fournissent des revenus similaires aux intérêts pour les détenteurs de jetons.

Les mesures sont intervenues au milieu d’une répression américaine plus large contre les sociétés de cryptographie dirigée par le président de la SEC, Gary Gensler, qui dit CNBC mardi« Nous n’avons pas besoin de plus de monnaie numérique. »

Le bac à sable est un Ethereumbasé sur un métaverse qui permet aux utilisateurs de posséder et de personnaliser des parcelles de terrain (vendues en tant que NFT uniques), ainsi que des avatars et d’autres contenus dans le jeu, dans un jeu gratuit qui n’a pas encore été complètement lancé. Le jeton utilitaire SAND est utilisé pour les achats ainsi que des fonctionnalités telles que le vote de gouvernance décentralisée.

Au cours des dernières années, The Sandbox a noué des partenariats avec des centaines de célébrités et de marques qui se développent dans le monde, notamment le rappeur Snoop Dogg, artiste Paris Hilton, Groupe de musique Warner, éditeur de jeux vidéo Ubisoftle skateur Tony Hawk, marque de vêtements adidaset marque de divertissement The Walking Dead.

Malgré la menace réglementaire, Borget a souligné au NFC Lisbon que « les États-Unis sont toujours un marché important pour The Sandbox », soulignant que le jeu a vu environ un tiers de ses utilisateurs venir du pays.

Il a ajouté que le concept d’un monde de jeu décentralisé dans lequel les utilisateurs peuvent posséder des actifs et contribuer au contenu du jeu est « une mission importante qui devrait se poursuivre ».

Restez au courant des actualités cryptographiques, recevez des mises à jour quotidiennes dans votre boîte de réception.



Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *