29/01/2023
Pour le patron de FTX, le bitcoin n'est "pas un réseau de paiement" mais une "réserve de valeur"

Pour le patron de FTX, le bitcoin n’est « pas un réseau de paiement » mais une « réserve de valeur »

Samuel Bankman-Fried estime que le bitcoin aura du mal à devenir un moyen de paiement car il n’est pas capable de traiter des millions de transactions par seconde.

L’une des personnalités les plus influentes dans le monde des cryptomonnaies a fait une déclaration qui risque d’agacer beaucoup de bitcoiners.

Financial Times. « Le réseau bitcoin n’est pas un réseau de paiement et il n’est pas un réseau évolutif », a déclaré Samuel Bankman-Fried, le patron de la plateforme d’échanges de cryptomonnaies FTX, dans une interview au

Pour ce dernier, le bitcoin ne sera pas en mesure de devenir un moyen de paiement pour la simple et bonne raison qu’il n’est pas capable, aujourd’hui, de traiter des millions de transactions par seconde.

Selon les données en temps réel de Blockchain.com, le nombre moyen de transaction par seconde sur le bitcoin au cours des 30 derniers jours est d’environ 3,23. A titre de comparaison, les transactions sur des réseaux de paiement comme Visa et Mastercard se compte en milliers par seconde.

Un potentiel comme réserve de valeur

Face aux nombreuses réactions provoquées par l’article, ce dernier a tenu à être plus clair, affirmant ce lundi matin sur Twitter que le bitcoin avait un potentiel en tant que « réserve de valeur ».

Dans son tweet, ce dernier a notamment mis en évidence le système de Lightning Network, dont le « white paper » (livre blanc) date de 2015, qui veut permettre d’utiliser le bitcoin comme moyen de paiement, pour des transactions de faible montant, et avec des frais réduits.

Selon un récent rapport d’Arcane Research, ce système monte en puissance depuis plusieurs mois, notamment en raison de l’intérêt grandissant des particuliers et investisseurs vis-à-vis des cryptomonnaies. Il a été utilisé par plus de 80 millions d’utilisateurs en mars dernier. Son volume de paiement a d’ailleurs augmenté de 400% entre 2021 et 2022, atteignant 500.000 paiements au premier trimestre 2022.

Par ailleurs, Bankman-Fried reproche au bitcoin son impact sur l’environnement, et notamment sa méthode de création à travers un processus de minage utilisant une méthode de « preuve de travail » ou « proof of work » (PoW). En effet, chaque nouveau bitcoin mis en circulation sur la blockchain a un impact de plus sur la planète. Les bitcoins sont créés dans des lieux appelés « fermes de minage » grâce à la puissance de calcul de nombreuses machines et ordinateurs. Or, faire tourner toutes ces machines nécessite énormément d’électricité… Selon les chiffres du Cambridge Bitcoin Electricity Network, le bitcoin représenterait 23% de la consommation électrique des data centers, soit environ 153 térawatts-heure par an.

Passer au « Proof of Stake »

« Il ne faut pas que nous augmentions cela au point où nous dépenserions finalement 100 fois plus que nous le faisons aujourd’hui en coûts énergétiques pour le minage », a déclaré Bankman-Fried.

Il a notamment mis en avant une méthode de création des cryptomonnaies beaucoup moins énergivore à ce jour, la méthode dite de la « peuvre d’enjeu » ou PoS (« Proof of Stake »). Ce système vise à sécuriser de nombreuses blockchains et est considéré comme une alternative au PoW. Un détenteur d’une cryptomonnaie est sélectionné au hasard et doit notamment prouver qu’il possède une certaine quantité de cryptomonnaies pour obtenir le droit de valider des blocs dans le réseau afin de garantir sa sécurité.

A ce jour, la blockchain Ethereum, qui a sa propre monnaie l’ether, cherche à passer d’une méthode de PoW à PoS. Au départ, le changement était prévu vers la fin du mois de juin, mais cela devrait se faire plus tard dans l’année. Un tel changement serait vécu comme une révolution pour l’écosystème des cryptomonnaies.

« Les choses avec lesquelles vous effectuez des millions de transactions par seconde doivent être extrêmement efficaces et légères et consommer moins d’énergie. Les réseaux Proof of Stake le sont”, a souligné ce dernier.

« Je ne pense pas que cela signifie que le bitcoin doive disparaître », a finalement estimé Samuel Bankman-Fried, ajoutant que le bitcoin peut encore avoir un avenir en tant qu' »actif, marchandise et réserve de valeur ».

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *