08/02/2023
Monoprix met un coup d'accélérateur dans le web 3

Monoprix met un coup d’accélérateur dans le web 3

L’enseigne veut attiser l’intérêt du grand public dans ce domaine. Elle va lancer des ateliers pédagogiques et des corners physiques éphémères permettant d’acheter des NFT.

Monoprix met un coup d’accélérateur dans l’univers du web 3. L’enseigne a annoncé mercredi sur son compte Twitter la mise en place d’évènements dans certains de ses magasins parisiens.

A travers des ateliers, le groupe entend rendre l’univers du web 3 plus accessible au grand public, mais ne précise pas quelles sont les personnalités du web 3 qui animeront les conférences à Montparnasse.

Par ailleurs, de vendredi au 21 juillet, Monoprix va mettre à disposition de ses clients des corners physiques dédiés à la vente de NFT, dans trois magasins parisiens situés à Beaugrenelle, Montparnasse et des Champs-Elysées.

« Ces espaces seront équipés d’un distributeur automatique de NFT (surnommé le DAN par les équipes de l’enseigne), conçu par la start-up tricolore Ownest. Les clients pourront accéder à la machine de 11 heures à 20 heures sauf le dimanche et les jours fériés », souligne le média LSA.

Pour rappel, un NFT (« Non Fungible Token » ou jeton non fongible) est un titre de propriété numérique, émis par une blockchain (principalement Ethereum), et associé à un actif numérique (photo, vidéo, etc.). Chaque NFT est unique et ne peut être reproduit. Les NFT sont utilisés dans l’art, le secteur du luxe ou encore pour des cartes de collection dans le sport.

Plus précisément, 550 NFT au prix de 249 euros de la collection « Rude Kidz » seront mis en vente via ces corners.

« Pour ce tarif, les clients accèdent à une fiche imprimée représentant l’image de leur jeton, un T-shirt et un sac en toile siglés Rude Kidz, ainsi qu’un bon d’achat Monoprix de 20€… et à leur NFT bien sûr. Les cartes virtuelles donnent accès à des événements, comme des concerts ou des matches de football », ajoute le média.

La collection Rude Kidz représentant des adolescents « rebelles » qui circule sur la blockchain Ethereum est déjà disponible à la vente sur la plateforme OpenSea à partir de 0,09 ether (soit environ 104 euros au moment de la rédaction de ce papier).

« Faire régler ses clients en euros »

Pour rendre cette vente accessible, Monoprix a fait le choix de « faire régler ses clients en euros, pour que tout soit le plus simple possible. Sans qu’ils ne le sachent, leur argent est ensuite converti en ethers, afin de boucler l’acquisition du NFT et de financer les opérations effectuées sur Ethereum », précise le média.

Or, durant cette opération, et compte tenu de la forte volatilité sur le marché des cryptomonnaies depuis les deux derniers crypto-krachs, il se peut que le cours de l’ether varie.

« Le distributeur assume le risque que la valeur de la cryptomonnaie varie et que le client paye moins que prévu. Ce n’est pas un problème pour une petite opération mais pourrait le devenir si Monoprix commercialise un jour des NFT à grande échelle », souligne LSA.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *