30/05/2024
Les régulateurs américains continuent de discuter de la cryptographie : Law Decoded, du 13 au 20 novembre

Les régulateurs américains continuent de discuter de la cryptographie : Law Decoded, du 13 au 20 novembre



Le sous-comité des services financiers de la Chambre des représentants des États-Unis sur les actifs numériques, la technologie financière et l’inclusion a reçu une formation sur l’utilisation de la technologie blockchain lors d’une audience intitulée « Crypto Crime in Context : Breaking Down the Illicit Activity in Digital Assets ». La réunion a commencé par une discussion sur l’utilisation de la cryptographie par le Hamas pour collecter des fonds. Cependant, le président du comité, le représentant French Hill, a déclaré que comme « le téléphone et Internet ne sont pas responsables du financement du terrorisme », la cryptographie ne devrait pas l’être non plus. Les témoins, dont des représentants de Consensys et Chainalysis, ont parlé de la nécessité d’une collaboration internationale et public-privé pour mettre fin à l’utilisation abusive des actifs numériques, de la nécessité d’une législation bien conçue et des subtilités de l’enquête sur la blockchain.

Lors d’une autre audition tenue par le Comité sénatorial spécial sur le vieillissement, la sénatrice américaine Elizabeth Warren a souligné les dangers des escroqueries aux cryptomonnaies. Steve Weisman, un expert reconnu en matière d’escroquerie et de cybersécurité décrite par Warren, a confirmé que contrairement à la fraude par carte de crédit, qui peut être rapidement identifiée, arrêtée et retracée, la cryptographie pose de plus grands défis en matière de transparence. Weisman a exprimé son soutien à la loi anti-blanchiment d’argent de Warren, qui vise à garantir que les actifs numériques sont soumis aux mêmes lois anti-blanchiment d’argent que la monnaie fiduciaire traditionnelle.

Pendant ce temps, le Département des services financiers de l’État de New York (NYDFS) a dévoilé de nouvelles restrictions qui obligent les sociétés de cryptographie à soumettre leurs politiques de cotation et de radiation des pièces pour l’approbation du NYDFS. Les politiques de l’entreprise seront évaluées par rapport à des normes d’évaluation des risques plus strictes établies par le NYDFS pour protéger les investisseurs. Les risques technologiques, opérationnels, de cybersécurité, de marché, de liquidité et d’activités illicites des jetons font partie des facteurs à prendre en compte par le NYDFS. Les modifications à venir s’appliquent à toutes les entités commerciales de monnaie numérique agréées en vertu des codes, règles et réglementations de l’État de New York ou aux sociétés de fiducie à vocation limitée en vertu de la loi bancaire de l’État.

Vivek Ramaswamy critique les sanctions imposées aux mélangeurs dans son programme de cryptographie

Le candidat républicain à la présidentielle des États-Unis, Vivek Ramaswamy, a dévoilé un cadre politique en matière de cryptographie appelé « Les trois libertés de la cryptographie ». Ramaswamy s’engage à « ordonner aux procureurs du gouvernement de poursuivre les mauvais acteurs, non pas le code qu’ils utilisent ni les développeurs qui écrivent ce code » s’il est élu président. Dans un discours d’accompagnement, Ramaswamy a spécifiquement ciblé les sanctions contre le mélangeur crypto Tornado Cash, déclarant : « L’affaire intentée contre les gens de Tornado Cash, par exemple. […] Vous ne pouvez pas vous en prendre aux développeurs de code.

Le candidat à la présidentielle promet également d’apporter une clarté réglementaire qui accorde aux nouvelles crypto-monnaies des exemptions des lois sur les valeurs mobilières pendant un certain temps après leur lancement et d’empêcher toute agence fédérale de créer des règles limitant l’utilisation des portefeuilles auto-hébergés.

continuer la lecture

L’Australie imposera un impôt sur les plus-values ​​sur les jetons enveloppés

L’Australian Taxation Office (ATO) a publié des directives sur le traitement fiscal des plus-values ​​​​(CGT) de la finance décentralisée et de l’emballage des jetons cryptographiques pour les particuliers, clarifiant son intention de continuer à imposer les Australiens sur les plus-values ​​lors de l’emballage et du déballage des jetons. En mai 2022, l’ATO a présenté les gains en capital cryptographiques comme l’un des quatre domaines d’intervention clés. S’appuyant sur cette initiative, l’administration fiscale australienne a récemment clarifié une série d’actions imposables dans sa juridiction. Le transfert d’actifs cryptographiques vers une adresse que l’expéditeur ne contrôle pas ou qui détient déjà un solde sera considéré comme un événement imposable CGT, a indiqué l’ATO dans son communiqué.

continuer la lecture

Le Parti démocrate de Corée du Sud oblige ses candidats à divulguer leurs avoirs en cryptomonnaies

Le Parti démocrate de Corée, qui détient 167 des 300 sièges à l’Assemblée nationale, a rendu obligatoire pour les candidats potentiels la divulgation de leurs avoirs en actifs numériques avant les élections générales de 2024. Cette divulgation fera partie des efforts du parti pour démontrer les « normes morales élevées » de ses candidats. En cas de faux rapports, le parti annulera la candidature de cette personne. Cependant, la détention de crypto n’aurait aucune conséquence. Les informations sur les candidats potentiels seront mises à la disposition du public sur une plateforme en ligne distincte présentant des détails sur leur carrière, leur formation et leurs projets d’activités législatives.

continuer la lecture