05/03/2024
La participation aux législatives anticipées était modeste dimanche, en milieu d’après-midi.

Les Monténégrins aux urnes pour mettre fin à la crise


Publié

LégislativesLes Monténégrins aux urnes pour tenter de mettre fin à la crise

Dimanche, la population du Monténégro était appelée à choisir ses autorités, mais l’affluence n’était pas au rendez-vous.

La participation aux législatives anticipées était modeste dimanche, en milieu d’après-midi.

AFP

Les Monténégrins votent dimanche aux législatives anticipées pour tenter de mettre fin à la crise politique qui mine leur pays depuis la défaite historique voici trois ans de la formation du vétéran local Milo Djukanovic, battu lui aussi à la présidentielle en avril. Deux gouvernements ont été renversés par des motions de censure depuis les législatives d’août 2020 au Monténégro, un État des Balkans de 620’000 habitants.

Depuis la défaite du Parti démocratique des socialistes (DPS) de Milo Djukanovic, vaincu par une coalition hétéroclite composée, entre autres, de formations prorusses et proserbes, aucun camp ne parvenait à bâtir une majorité stable.

«J’aimerais voir un apaisement politique»

Le Monténégro, entré dans l’Otan en 2017 et qui négocie depuis 2010 son adhésion à l’Union européenne, allait depuis de crise en crise. Une paralysie des institutions qui a entravé notamment son rapprochement avec l’UE.

«J’aimerais voir un apaisement politique et l’arrivée au pouvoir des forces sincèrement attachées à notre marche vers l’Europe», a dit à l’AFP Dragan Bjelic, un économiste à la retraite de 72 ans, sur son chemin vers un bureau de vote.

À la présidentielle d’avril, Jakov Milatovic, un économiste proeuropéen de 36 ans, a largement battu Milo Djukanovic, la figure dominante de la scène politique monténégrine depuis trois décennies. Sa formation, «Europe maintenant!» (PES) est bien placée pour arriver en tête du scrutin et être un pilier du prochain gouvernement.

Faible participation

Fondé il y a à peine un an, ce parti promet de faire avancer le Monténégro sur la voie européenne, de combler les fossés religieux et communautaire qui divisent ce pays où un tiers des habitants s’identifient comme Serbes. Cette formation espère attirer les jeunes électeurs désireux de voir de nouvelles têtes aux commandes.

Cependant, les électeurs semblent ne pas être très motivés par le scrutin. A 15 heures, le taux de participation était de 35%, contre 50% à la même heure au second tour de la présidentielle en avril, selon l’estimation du Centre pour la transition démocratique, une des ONG chargées de surveiller le déroulement du vote.

«Dernière tentative de sabotage»

Co-fondateur du PES et son président, Milojko Spajic, 35 ans, vise le poste de Premier ministre. Mais, quelques jours avant les législatives, ce candidat accusé de populisme a fait l’objet d’une controverse retentissante relayée par le Premier ministre par intérim Dritan Abazovic et ses alliés.

Ils ont évoqué ses liens présumés avec le fondateur sud-coréen de la cryptomonnaie Terra, Do Kwon, arrêté en mars au Monténégro. Accusé de milliards de dollars de fraude, Do Kwon est recherché par Washington et Séoul.

Économiste et ancien ministre des Finances, Milojko Spajic a de nouveau rejeté dimanche ces allégations, affirmant qu’il s’agit de «la dernière tentative de sabotage» de son parti. Il a promis «un grand bond en avant» du Monténégro sur le plan économique et une meilleure atmosphère pour les affaires. «Nous voulons devenir le Singapour de l’Europe, le pays le plus favorable aux affaires en Europe. Évidemment, notre objectif géopolitique est l’adhésion à UE. C’est l’objectif sur lequel nous travaillerons dur».

(AFP)





Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *