02/03/2024
Les législateurs kenyans demandent à l'association locale Blockchain de proposer un projet de loi sur la cryptographie

Les législateurs kenyans demandent à l’association locale Blockchain de proposer un projet de loi sur la cryptographie



Le Kenya pourrait devenir le premier pays au monde où les représentants de l’industrie développeraient le cadre réglementaire de la cryptographie. Selon à la Blockchain Association of Kenya (BAK), la Commission départementale des finances et de la planification nationale de l’Assemblée nationale lui a demandé de préparer la première ébauche de « ce qui pourrait devenir un projet de loi pour un fournisseur de services d’actifs virtuels ».

Le 31 octobre, la commission des finances et de la planification nationale a invité les représentants du BAK à discuter de la réglementation des actifs numériques. Le directeur juridique et politique de BAK, Allan Kakai, a partagé les détails de la réunion avec les médias locaux :

« En gros, nous disons [the] Parlement : « Écoutez, le Kenya s’est toujours présenté comme la savane de silicium ; nous sommes les trois premiers pour les actifs numériques [volume in Africa]et si nous n’élaborons pas un cadre clair d’octroi de licences et de réglementation, le Nigeria, l’Afrique du Sud, le Botswana, la Namibie et Maurice prendraient les devants, et les flux de capitaux qui seraient parvenus au Kenya se seraient rués ailleurs.

En réponse, le comité a donné au BAK deux mois pour rédiger le projet de loi sur la cryptographie. Le message sur le compte officiel X (anciennement Twitter) du comité Remarques seulement qu’il « a exhorté l’Association à entreprendre une solide éducation du public sur le commerce des crypto-monnaies afin de le démystifier ».

Gros titre: Le Kenya va introduire des cartes d’identité numériques pour ses citoyens d’ici la fin de l’année

En septembre 2023, le Kenya a présenté la loi financière 2023, qui impose aux échanges de crypto-monnaie de retenir 3 % « de la valeur de transfert ou d’échange de l’actif numérique ». Le BAK, dont les membres n’ont pas réussi à dissuader les législateurs d’adopter cette taxe cryptographique lors de la réunion de mai, déposé une plainte contre lui auprès de la Haute Cour du Kenya.

Les autorités kenyanes ont adopté une position ferme contre le projet controversé de cryptographie d’identification numérique Worldcoin, cofondé par Sam Altman, PDG d’OpenAI. Une commission parlementaire du gouvernement kenyan a recommandé aux régulateurs de mettre fin aux opérations du projet dans le pays, invoquant les problèmes de collecte de données personnelles.

Revue: 6 questions à Lugui Tillier sur Bitcoin, les ordinaux et l’avenir de la crypto