04/02/2023
Les Américains peuvent placer une partie de leur retraite en Bitcoin

Les Américains peuvent placer une partie de leur retraite en Bitcoin

Fidelity, le plus grand gestionnaire d’actifs américain, propose aux employés de constituer une partie de leur retraite en Bitcoin. L’annonce pourrait permettre à des millions d’Américains d’investir directement dans la cryptomonnaie et ainsi favoriser son adoption.

Investir dans le Bitcoin directement avec sa retraite ? Fidelity, un gestionnaire d’actifs américain, souhaite proposer, dès cet été, de placer une partie de leur capital retraite dans une cryptomonnaie : le Bitcoin. Ainsi les investisseurs pourront consacrer un certain pourcentage de leur contribution à un compte Bitcoin. Le plafond sera déterminé par l’employeur, en sachant que Fidelity interdira d’allouer plus de 20% de son épargne à cet actif hautement volatile. 

Cette initiative concerne potentiellement 80 millions d’Américains qui passent par Fidelity pour gérer leur fonds de retraite appelés les plans 401(k). Ce régime de cotisations est particulièrement populaire aux Etats-Unis. Il offre aux travailleurs un financement de leur retraite avec des avantages fiscaux importants. Il se finance par le biais d’une retenue sur le salaire. C’est l’employeur qui propose sur quel instrument financier les sommes peuvent être placées, comme des actions ou des obligations. Ensuite, le salarié peut choisir différentes options selon les risques qu’il est prêt à prendre et le rendement espéré. Ces plans ne garantissent donc pas de montant préétabli, mais dépendent entièrement des bénéfices (ou des pertes) réalisés lors du placement de son capital. 

Fidelity est partenaire de plus de 23.000 entreprises privées aux États-Unis. Selon le cabinet de recherche Cerulli Associates, elle détenait 2,4 trillions de dollars d’actifs en 2020 à travers ses plans 401(k). L’équivalent d’un tiers du marché. En réalité, l’annonce pourrait permettre à des millions de personnes de pouvoir investir dans le bitcoin — et ce sans même avoir à ouvrir un compte sur les plateformes d’échanges.

Vers une confiance plus forte

De leur côté, les régulateurs américains ont montré un certain scepticisme face à cette idée. Le mois dernier, le ministère du Travail a mis en garde contre les plans de retraite prêts à investir dans la cryptomonnaie. Par ailleurs, il a rappelé aux superviseurs de ces plans (les employeurs) leurs responsabilités d’offrir des choix « prudents ». 

« Nous avons commencé à entendre un intérêt croissant de la part des promoteurs de plans, de manière organique, sur la façon dont le bitcoin ou les actifs numériques pourraient être offerts dans un plan de retraite », a déclaré Dave Gray, responsable des offres de retraite au travail chez Fidelity Investments, dans une interview au New York Times. 

Outre l’opportunité pour Fidelity d’attirer de nouveaux clients grâce à cette offre unique, cette nouveauté est une bonne nouvelle dans le cadre d’une adoption plus concrète des cryptomonnaies. L’évolution du secteur entier dépend essentiellement de l’adoption des cryptomonnaies par les institutions populaires et donc d’une forme de confiance pour réduire la volatilité des actifs numériques.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *