12/04/2024
Les accusations de la SEC contre Binance et Coinbase sont terribles pour DeFi

Les accusations de la SEC contre Binance et Coinbase sont terribles pour DeFi



Les allégations contre Binance et Coinbase par la Securities and Exchange Commission des États-Unis ont des ramifications importantes pour l’écosystème de la finance décentralisée (DeFi), et elles sont loin d’être positives. DeFi s’est développé comme un domaine prometteur au sein de l’industrie de la cryptographie, visant à perturber les systèmes financiers établis et à fournir des services financiers de manière décentralisée.

Cependant, les dernières accusations contre ces échanges centralisés soulèvent des doutes sur l’avenir de DeFi. En ciblant Binance et Coinbase pour des violations présumées des lois sur les valeurs mobilières et en exploitant des bourses non enregistrées, le régulateur semble imposer son autorité à une industrie qui prospère sur l’indépendance et l’autonomie.

Voici pourquoi de telles charges sont terribles pour DeFi.

Innovation étouffante

La force de DeFi vient de ses protocoles décentralisés, de ses contrats intelligents et de ses applications décentralisées qui autonomisent les utilisateurs et éliminent le besoin d’intermédiaires. Néanmoins, un tel conflit juridique contre les échanges centralisés remet en question les concepts essentiels de DeFi. Il semble que les régulateurs cherchent à supprimer l’innovation et à rétablir le contrôle d’une entreprise en pleine expansion.

De plus, les accusations de la SEC contre Binance et Coinbase pourraient avoir un effet dissuasif sur les projets DeFi, entraînant une incertitude parmi les développeurs et les entrepreneurs quant à la poursuite de concepts nouveaux et révolutionnaires. Cela pourrait entraver l’expansion et l’évolution potentielles de DeFi, limitant sa capacité à perturber et à améliorer les institutions financières établies.

En relation: Kevin O’Leary n’exclura pas les accusations criminelles dans l’épreuve de Binance

Dans le procès de Binance, la SEC fait valoir que des jetons tels que Solana’s SOL (SOL), Cardano’s ADA (ADA), Polygon’s MATIC (MATIC), Filecoin (FIL), Cosmos’ ATOM (ATOM), The Sandbox’s SAND (SAND), Decentraland’s MANA (MANA), ALGO d’Algorand (ALGO), Axie Infinity Shards (AXS) et COTI (COTI) sont des titres. Une autre crypto-monnaie notable considérée comme une sécurité par la SEC est le XRP de Ripple (XRP).

Ces frais ont des ramifications importantes pour l’écosystème DeFi, compte tenu de la capitalisation boursière élevée et de la position de premier plan de ces crypto-monnaies. Les allégations de la SEC impliquent qu’elles devraient se conformer à la législation et aux procédures d’enregistrement applicables aux valeurs mobilières ordinaires. Cela introduirait un énorme obstacle pour les projets DeFi utilisant ces pièces et pourrait potentiellement entraver leur croissance et leur innovation.

Une préoccupation immédiate est l’impact potentiel sur la liquidité et l’activité commerciale liée à ces pièces. Si leur catégorisation en tant que titres limite l’accessibilité au marché ou entraîne un impact moindre sur les prix, cela pourrait réduire considérablement les options accessibles aux clients DeFi. De plus, cela pourrait nuire à l’efficacité et à l’efficience globales des protocoles décentralisés.

Une autre préoccupation découle des obligations de conformité créées par la reconnaissance de ces pièces comme des titres. Les projets DeFi seraient confrontés à des dépenses plus élevées et à des difficultés administratives, dissuadant les petites initiatives ou entreprises d’entrer dans l’industrie DeFi. Cela pourrait se traduire par une réduction de l’innovation et une offre restreinte de services offerts aux utilisateurs.

De plus, les ramifications de ces allégations s’étendent au-delà des pièces spécifiques citées dans le procès. L’incertitude entourant le statut réglementaire de divers jetons au sein de l’écosystème DeFi a le potentiel d’exercer un effet d’entraînement sur le secteur dans son ensemble. Les acteurs du marché peuvent hésiter à participer avec des jetons qui pourraient potentiellement être classés comme des titres, affaiblissant la confiance des investisseurs et limitant la croissance globale du marché.

Terrain de jeu inégal

Les accusations portées contre Binance et Coinbase par la SEC peuvent être perçues comme donnant aux institutions bancaires traditionnelles un avantage injuste sur DeFi. La crise financière de 2008 a révélé plusieurs exemples d’opérations frauduleuses, de comportements à risque et de mauvaise gestion au sein du secteur bancaire traditionnel. Malgré leur rôle dans la contribution à la crise, de nombreuses banques ont obtenu des renflouements gouvernementaux pour prévenir leur effondrement. Cette approche libérale leur a permis de continuer à fonctionner sans subir de conséquences importantes pour leurs actions.

En revanche, les échanges cryptographiques, tels que Binance et Coinbase, sont désormais poursuivis pour violations présumées des lois sur les valeurs mobilières et exploitation d’échanges non enregistrés. Cet écart de traitement soulève des inquiétudes quant à la justice et à l’égalité des chances. Il semble que les institutions financières traditionnelles se voient offrir une seconde chance et un soutien, mais les échanges cryptographiques sont instantanément soumis à des poursuites judiciaires et à des mesures de répression réglementaires.

En relation: Binance a eu tort de démarrer Monero, ZCash et d’autres pièces de confidentialité

Une telle différence non seulement contredit les concepts d’équité et de responsabilité, mais limite également la croissance et le développement de l’économie croissante de la cryptographie. De plus, cette approche biaisée risque de produire des règles du jeu inéquitables. Les organisations financières traditionnelles sont soumises à des règles bien établies et ont la capacité de négocier des obligations de conformité difficiles, tandis que les échanges cryptographiques peuvent avoir du mal à satisfaire à ces critères stricts.

Cet écart dans les ressources et la charge réglementaire désavantage les échanges cryptographiques, entravant leur capacité à être compétitifs et à innover. Cette inadéquation dans le traitement réglementaire peut entraver les règles du jeu équitables pour les entreprises DeFi, limitant leur capacité à concurrencer et à se développer par rapport aux sociétés financières établies.

Fuite des cerveaux et migration des talents

La disponibilité des ressources et du financement stimule fréquemment la mobilité des talents. Les pays ou les lieux qui ont une solide communauté d’investisseurs, des réseaux de collecte de fonds bien établis et un accès au financement ont tendance à attirer les meilleurs talents. Ces outils offrent le soutien nécessaire aux entrepreneurs et aux innovateurs pour concrétiser leurs idées. Le manque de financement et de ressources dans certains endroits peut encourager les talents à se déplacer vers des zones où ils ont un meilleur accès à ces aspects critiques.

Des mesures réglementaires renforcées contre les échanges DeFi peuvent entraîner une fuite des compétences au sein de l’écosystème. Les professionnels et entrepreneurs qualifiés peuvent choisir de quitter l’industrie DeFi ou de déménager dans des juridictions offrant des conditions réglementaires plus favorables. Cette fuite des cerveaux peut priver l’entreprise DeFi d’une expérience précieuse et limiter le développement de solutions créatives.

Par exemple, la répression de la Chine contre la crypto-monnaie et les activités liées aux ICO en 2017 a conduit au déplacement de talents et d’entreprises liées à la cryptographie vers des juridictions plus respectueuses de la cryptographie comme Singapour, la Suisse et Malte. Cette décision a conduit ces pays à attirer une innovation considérable en matière de blockchain et DeFi.

Désincitation à l’adoption institutionnelle

Les mesures réglementaires contre Binance et Coinbase peuvent dissuader les investisseurs institutionnels de rejoindre l’écosystème DeFi. Les institutions recherchent généralement la clarté et la conformité réglementaires lors de la sélection des investissements. L’incertitude et l’examen réglementaire entourant les échanges DeFi peuvent dissuader les investisseurs institutionnels d’entrer sur le marché, réduisant ainsi l’afflux d’argent institutionnel qui peut contribuer à la croissance et à la maturation de DeFi.

Par exemple, la réticence de la SEC à approuver un fonds négocié en bourse Bitcoin aux États-Unis en raison d’inquiétudes concernant la manipulation du marché et d’un manque de contrôle réglementaire a amené de nombreux investisseurs institutionnels à se méfier de l’entrée dans la cryptosphère. De plus, le rejet de la SEC était corrélé à des baisses importantes du prix du Bitcoin, démontrant que des développements réglementaires négatifs peuvent avoir un impact sur la volatilité des prix et ainsi nuire à la confiance des investisseurs.

En fin de compte, le résultat de ces allégations et mesures réglementaires influencera le destin de DeFi. Il est essentiel que les régulateurs évaluent le potentiel des technologies de rupture et s’assurent que leurs actions n’entravent pas leur croissance ou ne découragent pas l’innovation. Il est important de trouver le juste équilibre entre réglementation et décentralisation pour libérer tout le potentiel de DeFi et inaugurer une nouvelle ère d’inclusion et d’autonomisation financières.

Guneet Kaur a rejoint Cointelegraph en tant que rédactrice en 2021. Elle est titulaire d’une maîtrise ès sciences en technologie financière de l’Université de Stirling et d’un MBA de l’Université indienne Guru Nanak Dev.

Cet article est à des fins d’information générale et n’est pas destiné à être et ne doit pas être considéré comme un conseil juridique ou d’investissement. Les vues, pensées et opinions exprimées ici sont celles de l’auteur seul et ne reflètent pas ou ne représentent pas nécessairement les vues et opinions de Cointelegraph.





Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *