04/03/2024
Le travail présumé de Warren avec un vendeur à découvert montre que l'armée anti-crypto se réchauffe

Le travail présumé de Warren avec un vendeur à découvert montre que l’armée anti-crypto se réchauffe



Qu’est-ce que les démocrates progressistes, les faucons républicains de la sécurité nationale et les commerçants de Wall Street ont en commun ? Ils sont apparemment tous enrôlés dans «l’armée anti-crypto» de la sénatrice américaine Elizabeth Warren. Le sénateur progressiste signalé alliance avec Marc Cohodes, un vendeur à découvert de Wall Street qui a profité du récent carnage des banques cryptographiques, en est le dernier exemple.

Les natifs de la cryptographie voient probablement l’appariement inhabituel comme une preuve supplémentaire que des intérêts enracinés conspirent pour tuer Web3 aux États-Unis. Ils n’ont pas tout à fait tort, mais les factions polarisées de l’Amérique s’unissent contre la crypto pour une raison. L’industrie a toujours omis de répondre aux préoccupations valables concernant la criminalité financière et la sécurité nationale. Cela doit changer, sinon l’armée anti-crypto de Warren continuera d’attirer des recrues.

Une scène de crime cotée en bourse ?

Fin 2022, Cohodes a fait circuler une note sur Capitol Hill signalant des risques réglementaires «existentiels» chez Silvergate, une banque compatible avec les crypto-monnaies. Le vendeur à découvert a qualifié la banque de « scène de crime cotée en bourse » et a affirmé, entre autres, que Silvergate avait des responsabilités « énormes » en matière de connaissance de votre client (KYC) et de lutte contre le blanchiment d’argent (AML). Ces règles obligent les institutions financières américaines à faire preuve de diligence raisonnable vis-à-vis de leurs clients, et elles sont rigoureusement appliquées.

​​En rapport: Elizabeth Warren veut que la police soit à votre porte en 2024

Cohodes avait raison de s’inquiéter. Les problèmes de conformité KYC/AML sont endémiques dans la crypto, et Silvergate semble en avoir été un exemple frappant. Selon Pour le magazine New York, Silvergate était «la banque de référence pour plus d’une douzaine de sociétés de cryptographie qui ont fait l’objet d’une enquête, ont été fermées, ont été condamnées à une amende ou ont fait faillite», y compris FTX, l’ancien échange de crypto. Cohodes a affirmé que la banque était allée jusqu’à aider FTX à siphonner les dépôts des utilisateurs dans son fonds sœur, Alameda.

Silvergate a fermé ses portes après l’extinction de FTX en mars, mais son effondrement peut être symptomatique de graves problèmes à l’échelle de l’industrie. La banque crypto, a affirmé Cahodes, était «une histoire de blanchiment d’argent dans le monde entier… avec un emballage crypto».revendiquéétait « une histoire mondiale de blanchiment d’argent […] avec un wrapper crypto.”

Armée anti-crypto

Le mémo Silvergate de Cohodes aurait trouvé un public réceptif à Warren, qui est devenu l’un des critiques les plus caustiques de la cryptographie. Contrairement à elle appels pour un impôt sur la fortune pouvant atteindre 6 % ou une « industrie du cannabis juste et équitable », les critiques cryptographiques de Warren résonnent bien au-delà des cercles progressistes. Son message est simple: Crypto, dit Warren, permet aux mauvais acteurs – des trafiquants de drogue aux États voyous – et constitue une menace pour la sécurité nationale.

En rapport: Elizabeth Warren pousse le Sénat à interdire votre portefeuille crypto

Sa croisade anti-crypto gagne du terrain. En janvier, trois régulateurs financiers américains ont publié une déclaration commune sur la crypto-banque. Cela faisait fortement écho à Warren les propositions, jetant ainsi les bases d’une répression réglementaire. Le sénateur travaille avec les républicains sur un facture cela imposerait des exigences KYC strictes à l’échelle de l’industrie. Elle s’attire même le soutien prudent des lobbyistes bancaires.

Le problème ne vient pas des préoccupations primordiales de Warren. Web3 devrait être responsable du filtrage des mauvais acteurs. C’est que la mise en œuvre maladroite des politiques risque d’endommager irrémédiablement l’industrie naissante. Par exemple, la législation KYC/AML proposée par Warren semble cibler sans discernement presque tous les points de contact de la cryptographie, y compris les validateurs. Cela pourrait gravement compromettre la décentralisation du réseau, sans doute la fonctionnalité la plus essentielle de Web3.

Crypto devrait adopter KYC/AML pour saper Warren

Silvergate s’est peut-être effondré, mais les passifs KYC/AML imprègnent toujours Web3. Ce n’est pas un hasard. Quiconque connaît les origines cypherpunk de la cryptographie sait que, pour de nombreux utilisateurs, l’anonymat est une fonctionnalité, pas un bogue. En effet, la vie privée et la garde de soi sont les priorités de Web3 raison d’être.

C’est une erreur de considérer la cryptographie comme un outil de blanchiment d’argent. Les attributs uniques de la blockchain ont des applications transformatrices dans des secteurs allant de la gestion d’actifs aux médias. Malheureusement, ils préparent également l’industrie à une collision frontale avec les régulateurs américains.

Web3 n’est pas à court d’options. Les technologies émergentes créent de nouvelles façons de répondre aux préoccupations politiques sans compromettre les valeurs fondamentales de la cryptographie. Par exemple, les preuves d’identité à connaissance nulle promettent des vérifications KYC/AML transparentes en chaîne qui respectent la vie privée des utilisateurs. Pendant ce temps, les plateformes de renseignement blockchain, telles que Chainalys, ont été une aubaine pour les agences de lutte contre la criminalité financière.

L’industrie devrait cesser de brûler du capital politique en résistant aux exigences KYC/AML. Au lieu de cela, nous devons commencer à nous attaquer à ces défis nous-mêmes – ou l’armée de Warren le fera.

Alex O’Donnell est le fondateur et PDG d’Umami Labs et a été l’un des premiers contributeurs d’Umami DAO. Avant Umami Labs, il a travaillé pendant sept ans comme journaliste financier chez Reuters, où il a couvert les fusions-acquisitions et les introductions en bourse.

Cet article est à des fins d’information générale et n’est pas destiné à être et ne doit pas être considéré comme un conseil juridique ou d’investissement. Les vues, pensées et opinions exprimées ici sont celles de l’auteur seul et ne reflètent pas ou ne représentent pas nécessairement les vues et opinions de Cointelegraph.



Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *