30/01/2023
Le Salvador va-t-il continuer à acheter des bitcoins?

Le Salvador va-t-il continuer à acheter des bitcoins?

Le pays vient d’acheter 80 bitcoins supplémentaires. Il dispose aujourd’hui d’une réserve de 2.381 bitcoins. Avec la chute du bitcoin, le montant de sa réserve a été divisé par deux.

Encore un « we just bought the dip » (« On achète la baisse du cours », NDLR) de Nayib Bukele. Le Président du Salvador a annoncé sur Twitter que le pays avait acheté 80 bitcoins au prix de 19.000 dollars. Montant de l’opération: 1,52 million de dollars.

Depuis jeudi, le bitcoin s’échange sous les 19.000 dollars, dans un contexte économique toujours morose et alors que l’Europe a adopté deux accords provisoires visant à encadrer les cryptomonnaies. Depuis le crypto-krach du mois de mai, le bitcoin a perdu plus de 70 % de sa valeur alors qu’il avait atteint son plus haut historique en novembre dernier, à 69.000 dollars.

Pour le Salvador, la chute des cryptomonnaies est une occasion en or d’acheter de nouveaux bitcoins. Après avoir acheté 500 bitcoins mi-mai lorsque le bitcoin frôlait les 30.000 dollars, le pays détient à ce jour une réserve totale de 2.381 bitcoins.

Moins de bitcoins achetés

Pour rappel, le Salvador a fait du bitcoin une monnaie légale sur son territoire, permettant aux locaux de pouvoir payer sur place avec cette cryptomonnaie, mais également dans le but d’attirer de nouveaux investisseurs. Il s’agit du premier pays à avoir sauté le pas, la Centrafrique l’ayant également adopté il y a quelques mois.

Pour autant, le Salvador serait-il à bout de souffle en termes d’achats de bitcoins? C’est l’une des premières fois où le pays achète si peu de bitcoins à un prix pourtant si faible. A titre de comparaison, en septembre 2021, il avait acheté 400 bitcoins alors que la cryptomonnaie valait 52.300 dollars au moment de l’achat. Le 27 octobre 2021, le pays avait également acheté 420 bitcoins, le bitcoin passant sous la barre des 60.000 dollars, ce qui n’avait pas effrayé le président du Salvador. De même, le pays avait aussi profité de la baisse du cours du bitcoin en janvier 2022 pour acquérir 410 bitcoins au prix de 36.585 dollars.

A ce jour, le pays a dépensé 106 millions de dollars pour acquérir ses 2.381 bitcoins. Or, bien qu’il n’ait vendu aucun de ses bitcoins, la chute du cours de la cryptomonnaies a réduit sa réserve par deux, puisqu’elle vaut au moment de la rédaction de ce papier environ 46 millions de dollars (au prix actuel du bitcoin, d’un peu plus de 19.000 dollars).

« Le gouvernement a une perte papier non réalisée sur le bitcoin d’environ 50 millions de dollars, ce qui, selon le ministre des Finances, représente moins de 0,5 % du budget national. Au total, l’ensemble de l’expérience (et tous ses coûts associés) n’a rapporté au gouvernement qu’environ 374 millions de dollars, selon les estimations. Ce n’est pas rien – surtout si l’on considère que le Salvador a 7,7 milliards de dollars d’obligations en circulation – mais pour une économie de 29 milliards de dollars, c’est relativement peu », souligne le média américain CNBC.

Dans ce contexte, le Salvador reste sous le viseur du Fond monétaire international (FMI), qui avait recommandé au pays de renoncer au bitcoin comme monnaie légale. La Banque mondiale prévoit une croissance de 2,9 % pour le Salvador cette année, et de 1,9 % en 2023 contre 10,7 % en 2021.

Le pays est par ailleurs confronté à une méfiance des investisseurs vis-à-vis de son « bitcoin bond », une obligation d’Etat adossée au cours du bitcoin (aussi appelé « vulcano bonds »). Le gouvernement prévoyait d’émettre cette obligation à 10 ans (assortis de coupons en bitcoins représentant des intérêts annuels de 6,5%) d’ici le mois de mars.

Le Salvador n’est pas le seul pays a avoir acheté du bitcoin. A ce jour, environ 50 entreprises et 4 Etats (dont l’Ukraine) détiennent du bitcoin dans leur trésorerie. Pour certaines sociétés comme Tesla ou encore Microstrategy la chute du bitcoin est à l’origine de pertes bien plus importantes.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *