05/03/2024
Le pétrole volatil, les Etats-Unis démentent un accord avec l’Iran sur le nucléaire

Le pétrole volatil, les Etats-Unis démentent un accord avec l’Iran sur le nucléaire



Les cours du pétrole, en légère baisse en clôture, ont connu une séance agitée jeudi après des informations — depuis démenties par la Maison Blanche — sur un accord proche entre les Etats-Unis et l’Iran sur les sanctions pétrolières. Le baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en août, a cédé 1,29% à 75,96 dollars. Son équivalent américain, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour livraison en juillet, a abandonné 1,70% à 71,29 dollars. En séance, les deux cours ont chuté bien davantage, le baril de WTI tombant à 69,17 dollars, un plus bas depuis plus d’une semaine. Un article du site Middle East Eye a rapporté que des pourparlers ont eu lieu sur le sol américain entre l’Iran et les Etats-Unis et donné lieu à des avancées en vue d’un accord temporaire qui éliminerait certaines sanctions si l’Iran réduisait ses activités d’enrichissement d’uranium.

Les courtiers ont réagi en cédant du pétrole, alors qu’un retour des exportations iraniennes pourrait représenter à terme plus d’un million de barils par jour, un volume significatif. La Maison Blanche a toutefois rapidement démenti ces informations et les cours du brut ont rattrapé du terrain. « Ces informations sont fausses et trompeuses », a indiqué un porte-parole du Conseil national de sécurité. « Toute idée d’un accord temporaire est fallacieuse », a-t-il ajouté. « J’étais très sceptique sur le sujet », a réagi Andrew Lebow de Commodity Research Group, « et le démenti de la Maison Blanche ne m’a pas surpris ». « Il y a encore un long chemin à faire avant d’atteindre un accord » sur le nucléaire iranien, a-t-il assuré. Plus largement, la demande de pétrole « est et restera influencée par les performances de l’économie mondiale », qui pour l’instant restent peu encourageantes, commente Tamas Varga, analyste de PVM Energy.

À LIRE AUSSI

Le pétrole risque de rechuter malgré l’Arabie saoudite : le conseil Bourse

La zone euro est entrée en récession technique en début d’année avec un recul du PIB durant deux trimestres consécutifs, de 0,1% entre janvier et mars après une baisse de même ampleur d’octobre à décembre, selon des données révisées, publiées jeudi par Eurostat. « Les données économiques et les décisions en matière de taux d’intérêt auront une influence considérable sur la réflexion des investisseurs », poursuit-il. La Réserve fédérale américaine (Fed) et la Banque centrale européenne (BCE) se réunissent en effet la semaine prochaine pour décider de leur politique monétaire.

À LIRE AUSSI

L’Arabie saoudite agit pour faire remonter le pétrole, la Russie prolonge ses coupes de production



Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *