05/02/2023
Le bitcoin mine l'avenir du Salvador

Le bitcoin mine l’avenir du Salvador

En chute libre, la devise officielle du pays depuis un an avec le dollar fragilise son économie.

AMÉRIQUES © The Economist

Un président qui se vante de gérer les richesses du pays depuis son smartphone n’inspire guère confiance. D’autant moins dans un Etat surendetté, et moins encore quand ledit président investit dans le bitcoin. Bienvenue au Salvador, où, il y a un an, le président Nayib Bukele a fait de cette cryptodevise la monnaie légale, à égalité avec le dollar. La plupart des adultes ont téléchargé le portemonnaie numérique Chivo, que le gouvernement a promu en offrant l’équivalent de 30 dollars en bitcoins à ses utilisateurs, mais moins de la moitié ont continué à l’utiliser une fois cette cagnotte dépensée. Côté entreprises, moins d’une sur cinq se plie à l’injonction de l’accepter. Le bitcoin est bien trop volatil. Que le président ait choisi d’en faire une monnaie officielle en dit long sur son style de leadership. Depuis son entrée en fonction comme « dictateur le plus cool du monde », selon ses propres termes, il gère son pays de 6,5 millions d’habitants comme son fief privé. « La décision sur le bitcoin n’a fait l’objet d’aucun débat », rappelle Claudia Ortiz, une personnalité de l’opposition.

Depuis quelque temps, le président préfère se concentrer sur la guerre contre les gangs. Ce genre de politique est appréciée, et Bukele jouit d’une cote de popularité de plus de 80%.

Mais l’économie pourrait le rattraper. Après une reprise vigoureuse en 2021, la croissance devrait n’être que de 2,9% cette année. Les agences de notation ont abaissé la solvabilité du Salvador, ce qui renchérit le coût des emprunts publics. Les investissements d’argent public dans le bitcoin aggravent encore l’incertitude. Le gouvernement réussira probablement à réunir les fonds pour régler une échéance obligataire de 800 millions de dollars en janvier prochain, mais les signes préoccupants s’accumulent. Alors que le législateur approuvait des dépenses d’infrastructure financière pour promouvoir l’usage du bitcoin, il a rogné les budgets de l’éducation et de la santé. Une monnaie et un dirigeant volatils pourraient augurer d’un avenir tout aussi volatil pour le pays.

Image: © J. Cabezas/Reuters

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *