05/02/2023
La cryptomonnaie séduit les français

La cryptomonnaie séduit les français

Selon un étude IPSOS, les français investissent de plus en plus dans les cryptomonnaies. Cela représente presque 1 français sur 10 en 2021. Et la tendance n’est pas près de changer puisque 30 % envisagent d’acheter des cryptomonnaies.

RMC Estelle Midi, on n’arrête pas le progrès. La cryptomonnaie séduit les français

Les Français sont de plus en plus conquis par les cryptomonnaies. Près d’un adulte sur dix a déjà investi dans du bitcoin ou dans les milliers d’autres cryptos existantes. Et la tendance n’est pas près de s’arrêter.

Une étude publiée par Ipsos et le cabinet KPMG indique que 8% des Français ont déjà investi dans les cryptomonnaies en 2021, contre 3% en 2020. Non seulement, c’est un bond énorme, même si on est très en retard par rapport à d’autres pays comme les Etats-Unis, où on est à 20%, mais c’est plus que la proportion de Français qui a déjà investi en bourse par exemple. Et surtout, c’est une tendance de fond. 30% des Français envisagent à l’avenir d’acquérir de la cryptomonnaie.

Si on devait faire un portrait-robot de l’investisseur moyen, c’est un homme de moins de 35 ans et plutôt pas très riche. Ceux qui gagnent moins de 18.000 euros par an sont surreprésentés. Ils investissent principalement en Bitcoin et en Ether, les deux principales cryptomonnaies, sachant qu’il en existe des milliers d’autres. 2% auraient même investi dans les NFT, qui prennent souvent la forme d’œuvres d’art numérique, un marché encore naissant. Il manque quand même une donnée importante: le montant du portefeuille moyen.

Comment ça s’explique ? De plusieurs manières. Dans un contexte de pouvoir d’achat en baisse couplé à de l’inflation, les Français cherchent des solutions. Et ils ont bien compris qu’un livret A à 1%, ça revient à brûler son épargne à petit feu. Les cryptos, avec leurs taux de croissance importants, semblent pour beaucoup une manière intelligente, même si elle est relativement risquée, de faire fructifier son argent. Ça veut aussi dire que les Français, de plus en plus, vont au-delà de la mauvaise réputation qu’on a fait au bitcoin notamment pendant des années, sur le côté obscur, intraçable, utilisé par des criminels pour le blanchiment. On le voit maintenant comme un investissement comme un autre.

Un investissement à long terme

Après, il faut aussi dire que les cryptos vendent du rêve de fortune rapide notamment. Or, ce n’est pas forcément ce qui se passe dans la réalité.

Beaucoup voient ça comme un casino. Il faut plutôt le prendre comme un investissement de long terme, surtout le bitcoin que beaucoup voient comme une nouvelle valeur refuge, comme l’or. Il faut se méfier de toutes les prédictions, celles qui vous disent que ça va tomber à 0, comme celles qui vous prédisent un bitcoin à 1 million de dollars en 2030.

Pas n’importe qui, Cathy Wood, considérée depuis quelques années comme une sorte d’oracle de Wall Street, c’est l’une des premières à avoir parié sur Tesla par exemple. En vrai, personne n’en sait rien. Mais ce qui est intéressant, c’est de voir les tendances lourdes: la base d’utilisateurs des cryptos est en croissance constante, le bitcoin n’est plus seulement un actif spéculatif, dans beaucoup de pays beaucoup moins bancarisés que la France, il a aussi de plus en plus d’utilité, pour transférer des fonds à l’étranger quasiment sans frais par exemple.

Et puis des Etats commencent à l’adopter comme monnaie légale, comme l’a fait récemment le Salvador et comme veut le faire la Russie. Tout ça laisse à penser que c’est un investissement de long terme intéressant. Quoi qu’il en soit, le conseil de base pour tous ceux qui seraient intéressés, n’investissez que ce que vous êtes prêt à perdre. N’espérez pas une fortune éclair, ce n’est pas le casino. Et allez-y progressivement. Si vous voulez mettre 1000 euros par exemple, étalez ça par tranche de 100 euros par semaine.

Et ça pourrait même devenir un sujet de campagne. 18% des sondés affirment qu’ils seront influencés dans leur choix électoral en fonction du positionnement des candidats vis-à-vis des cryptomonnaies. Et les candidats à la présidentielle commencent à s’emparer du sujet. Eric Zemmour par exemple, qui était lundi en visite chez Ledger, une entreprise française spécialisée dans la sécurisation des cryptos, et qui a annoncé une batterie de mesures dans son programme liées à cette thématique, comme la “création d’un environnement favorable à la détention et la création des cryptoactifs” D’autres vont probablement suivre.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *