05/02/2023
Juno : l'incroyable histoire du cryptoactif qui a égaré 36 millions à cause d'une bête erreur de code

Juno : l’incroyable histoire du cryptoactif qui a égaré 36 millions à cause d’une bête erreur de code

L’erreur est humaine, et spécialement dans ce cas où une faute de copier-coller a entraîné la perte momentanée de 36 millions de dollars en jetons JUNO.

Le projet Juno, qui se définit comme un réseau de smart contracts interopérables sur la blockchain COSMOS, a connu un sérieux revers lorsque des fonds confisqués se sont retrouvés sur une adresse qui n’appartient à personne. L’opération est réversible, mais elle met en lumière les faiblesses du système du Proof Of Stake et de la gouvernance On Chain.

Des fonds confisqués par un vote communautaire

Juno n’est pas une nouvelle blockchain, mais une communauté basée sur la blockchain Cosmos. Cet instrument de finance décentralisée possède plusieurs principes : d’abord, les décisions à propos du réseau sont votées par les membres (gouvernance On Chain). Il est également interdit de posséder plus de 50 000 tokens JUNO, dont le prix actuel est de 9,14 €, bien loin de sa valeur record de 41 € il y a deux mois. 

Un utilisateur qui possédait plus de 3 millions de jetons a été pénalisé par la communauté, qui considère que ces jetons ont été acquis de manière frauduleuse. Problème, le transfert de ce jeton a été le théâtre d’un « fat finger », une erreur de copier-coller dans le code qui a envoyé l’ensemble des fonds sur une adresse inconnue, impossible à exploiter.

Depuis, on s’arrache les cheveux sur le Discord de Juno ainsi que sur Twitter, car il est difficile de comprendre comment cette erreur à pu se produire. Est-ce la faute du développeur lui-même ou bien celle des 125 validateurs qui n’ont pas repéré la bévue ? Le fondateur de Juno, Andrea Di Michele, assure que l’erreur sera réparée d’ici une semaine.

Les faiblesses du Proof Of Stake

Le Proof Of Work utilisé par bitcoin et ethereum utilise beaucoup d’énergie pour valider un bloc. Le Proof Of Stake, quant à lui, demande le vote des utilisateurs pour valider un bloc ou une transaction. En revanche, l’immutabilité de la blockchain implique qu’il est difficile de revenir en arrière, surtout en cas d’erreur humaine.

Alors que l’on présente le système du Proof Of Stake comme une nouvelle panacée qui développe des transactions plus sûres et des blockchains moins gourmandes en énergie, des incidents de ce genre lui font évidemment une très mauvaise publicité. La dégringolade du cours du JUNO en témoigne, et un grand nombre d’utilisateurs du réseau ont perdu confiance en ce jeune projet.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *