08/02/2023
Hydra, plus grande place de marché du Darknet et machine à blanchir les bitcoins, démantelée par la police

Hydra, plus grande place de marché du Darknet et machine à blanchir les bitcoins, démantelée par la police

Cette place de marché proposait non seulement des produits illicites, mais aussi des services financiers dont les pirates russes étaient particulièrement friands.

Espérons qu’elle ne redressera plus la tête. La place de marché russophone « Hydra Market » vient d’être démantelée par la police fédérale allemande (BKA). Le site n’était accessible qu’au travers du réseau Tor, ce qui permet théoriquement de cacher l’adresse IP des serveurs. Mais les enquêteurs ont visiblement trouvé un moyen de les localiser : ils se trouvaient en Allemagne. La police fédérale a saisi toute l’infrastructure, ainsi que des bitcoins pour un montant équivalent à 23 millions d’euros.

Une hydre gigantesque

Créée en 2015, Hydra Market était une place de marché qui proposait surtout des stupéfiants, mais on pouvait aussi y trouver de faux documents, des données de cartes bancaires, et des services.

Elle comptait 17 millions de comptes clients pour 19 000 comptes vendeurs. Selon la société d’analyse Elliptic, le volume de transactions s’élevait à plus de 1,4 milliard d’euros en 2021, ce qui en faisait la plus importante place de marché du moment sur le Darknet.

Le montant total des transactions depuis la création du site s’élèverait à plus de 4,6 milliards d’euros. À titre de comparaison, le site AlphaBay, démantelé en 2017, ne totalisait un chiffre d’affaires que d’un milliard d’euros. C’est donc une très belle réussite pour les forces de l’ordre qui avaient démarré leur enquête en août 2021.

La croissance par les services

Mais comment se fait-il qu’une place de marché limitée aux russophones brasse autant de bitcoins ? C’est grâce aux services. D’après le BKA, Hydra intégrait une lessiveuse baptisée « Bitcoin Bank Mixer », qui permettait de brouiller les pistes et de camoufler l’origine des cryptomonnaies.

Selon Elliptic, le site proposait aussi un service de conversion pour transformer les cryptomonnaies en monnaies fiduciaires (« cash out »). Ces services financiers attiraient de nombreux cybercriminels.

D’après le département du trésor américain, 86 % des bitcoins sales qui se retrouvaient sur les plates-formes russes d’échange de cryptomonnaies provenaient d’Hydra. C’était donc un véritable carrefour dans le système de blanchiment des cybercriminels russophones.

Le département du trésor américain a d’ailleurs profité de cette occasion pour sanctionner l’une de ces plates-formes d’échange russes, à savoir Garantex.

« L’analyse des transactions de Garantex connues montre que plus de 100 millions de dollars de transactions sont associés à des acteurs illicites et aux marchés du Darknet, dont près de six millions de dollars du gang russe Conti, spécialisé en ransomware as a service, et environ 2,6 millions de dollars d’Hydra », précise l’agence fédérale.

Désormais, les avoirs de Garantex et des individus liés à cette entreprise sont gelés. Toute relation commerciale avec eux est interdite.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *