05/02/2023
Gaspard Koenig lance des NFT pour financer sa campagne présidentielle

Gaspard Koenig lance des NFT pour financer sa campagne présidentielle

Le candidat-philosophe s’empare de ce nouveau standard numérique pour médiatiser ses thèmes de campagne.

Bien qu’il n’est pas la première personnalité politique à y penser, Gaspard Koenig restera comme un précurseur en lançant des NFT lors d’un suffrage organisé dans un pays occidental (une initiative a eu lieu en janvier en Corée du Sud). Ces jetons numériques non fongibles qui s’échangent sur des protocoles blockchains assurent à leurs détenteurs la propriété d’un objet numérique. On en a beaucoup parlé dans le milieu artistique ou dans les jeux vidéo. Ce n’était qu’une question de temps avant qu’un candidat en propose pour financer sa campagne… ou bien faire parler de lui.

“Nous cherchons à toucher les communautés numériques que nous n’aurions pas atteint en temps normal”, explique le philosophe, connu pour ses thèses libérales et partisan d’une intervention réduite de l’État. “J’apprécie beaucoup ce que représentent les NFT, c’est une extension du droit de la propriété sur les questions numériques et c’est ce que je plaide de manière générale”, poursuit Gaspard Koenig.

“Nous émettons quatre séries de 200 NFT pour illustrer nos thématiques principales (droit du vivant, légalisation du cannabis, simplification et revenu universel)”, indique Delphine Granier, directrice générale adjointe de Simple, le nom du mouvement. Chacun sera mis en vente pour 20 euros. D’autres plus décalés autour de la personnalité du candidat seront émis dans un second temps. Si les quatre premières séries trouvent preneurs, cela pourrait rapporter à Simple un peu plus de 15.000 euros.

La Commission nationale des comptes de campagne a été prévenue de l’initiative et celle-ci ne devrait pas s’y opposer. En effet, cette vente de NFT ressemble davantage à la commercialisation de produits dérivés plutôt qu’à des dons à un parti politique. “Nous n’avons pas fait de t-shirts ou de casquettes, ce n’est pas notre positionnement, insiste Delphine Granier, l’idée est de faire la même chose mais dans le monde numérique”.

La start-up française Delph s’est occupée de la création des jetons numériques et prélèvera 6% sur chaque vente. Celle-ci souhaite ainsi faire un “coup”, car c’est le premier projet de cette société cofondée par Simon Pastor, un entrepreneur de 23 ans. Les NFT sont émis sur la blockchain Polygon. Celle-ci est un protocole de couche secondaire à Ethereum qui permet de profiter du haut niveau de sécurité de cette blockchain tout en profitant de frais de transactions réduits.

L’ensemble des NFT sont disponibles à partir de jeudi 24 février sur la place de marché de Delph, créée pour l’occasion. Celle-ci se veut accessible au grand public et il sera possible de les acquérir avec une simple carte bancaire. En revanche, pour jouir totalement de la propriété des NFT, il sera indispensable de se doter d’un portefeuille numérique capable de recevoir des crypto-actifs (Metamask, Frame, etc.).

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *