23/06/2024
Le haut-parleur du Vision Pro restitue un son spatialité

déjà bluffant et ce n’est encore qu’un prototype


Tech&Co a pu avoir un premier aperçu du « futur de l’ordinateur » promis par Apple en enfilant l’Apple Vision Pro, son casque de réalité mixte qui veut bouleverser votre quotidien.

C’est encore un prototype, préfère-t-on prévenir chez Apple. Première ébauche ou pas, c’est la star de la semaine sur laquelle tout le monde veut poser son regard depuis son apparition en « One more thing » lors de la conférence WWDC des développeurs d’Apple, lundi dernier.

L’Apple Vision Pro est le premier produit inédit de la marque depuis le lancement de l’Apple Watch en 2015, sa plus grande innovation depuis l’iPhone en 2007. Et sur les épaules de ce casque de réalité mixte reposent donc tous les espoirs d’Apple. Il doit tout changer, modifier les habitudes, démocratiser un secteur qu’on dit en devenir depuis des années sans le voir bondir.

Alors, pour savoir si le nouveau venu peut véritablement être la prochaine « révolution » d’Apple, Tech&Co a pu tester un premier échantillon d’expériences, lors d’une session à l’Apple Park.

Une expérience personnalisée dès la configuration

Apple veut une expérience adaptée à chacun et cela passe par une étape initiale de « calibration » qui consiste à ajuster le casque à notre visage avec une configuration à la Face ID de reconnaissance du visage, et à nos oreilles en réglant l’audio spatial. Deux tests qui se feront par la suite à l’aide de l’écran extérieur du Vision Pro et de ses caméras afin notamment de créer notre Persona -cet avatar photoréaliste qui échangera pour nous avec le monde extérieur- et aussi de rendre l’expérience sonore encore plus immersive avec une restitution en 3D dans nos oreilles (via des haut-parleurs parfaitement placés).

Le haut-parleur du Vision Pro restitue un son spatialité
Le haut-parleur du Vision Pro restitue un son spatialité © Tech&Co – Melinda Davan-Soulas

Nous n’avons pas eu l’opportunité de tester Optic ID, le système ultra-sécurisé pour déverrouiller le casque de l’oeil, réaliser de futurs paiements ou valider des achats dans l’App Store dédié. Il se base sur la reconnaissance de l’iris, unique à chaque individu, mais il n’était pas encore actif.

Vient ensuite le moment de faire reconnaître nos mains par les multiples caméras présentes tout autour du casque (12 réparties à l’intérieur et à l’extérieur de la visière, accompagnées de 5 capteurs et 6 micros). Puis, on ajuste automatiquement l’écart interpupillaire sur l’écran intérieur pour que le suivi des yeux soit bien pris en compte. En quelques minutes, l’Apple Vision Pro est parfaitement adapté à nos regards et nos gestes.

Un design soigné et compact

Ce qui surprend de prime abord, c’est à quel point le Vision Pro fait “petit”. Comparé au Meta Quest Pro, à l’HoloLens de Microsoft ou bien même aux HTC Vive, le casque d’Apple apparaît nettement plus compact. Comme toujours au sein de l’entreprise de Cupertino, on a tout particulièrement soigné le design.

Apple Vision Pro
Apple Vision Pro © Tech&Co – Melinda Davan-Soulas

Le Vision Pro embarque un écran extérieur OLED incurvé, enchâssé dans un contour en alliage d’aluminium très Apple. Sur le haut, on trouve la couronne digitale dont l’allure rappelle celle présente sur l’Apple Watch. Elle sert surtout à faire apparaître une interface semblable à celle des iPhone, mais en transparence, et à gérer le passage de la réalité augmentée à un environnement plus immersif de réalité virtuelle lorsqu’on la tourne. L’autre bouton, sur la gauche, permet de prendre photos et vidéos.

La couronne digitale de l'Apple Vision Pro
La couronne digitale de l’Apple Vision Pro © Tech&Co – Melinda Davan-Soulas

Le système pour enfiler le casque est assez simple et efficace, avec un bandeau élastique à l’arrière, à serrer/desserrer avec l’aide d’une molette latérale. Un strap peut être ajouté sur le haut pour mieux fixer le Vision Pro sur la tête. Plus simple que beaucoup de casques concurrents.

Le bandeau de fixation de l'Apple Vision Pro
Le bandeau de fixation de l’Apple Vision Pro © Apple

Un écran au-dessus du lot

Apple n’a pas lésiné sur les moyens et a mis du micro-LED à l’intérieur avec deux écrans de plus de 4K de résolution (23 millions de pixels). Autant dire que l’expérience visuelle est absolument bluffante. La qualité des images qui apparaissent, que ce soit de simples photos, des vidéos 4K ou en 3D, des films, est assez impressionnante dans le rendu affiché.

Apple Vision Pro
Apple Vision Pro © Apple

Réalité mixte faisant, à l’intérieur, ce n’est pas réellement ce que vos yeux verraient sans masque qui s’affiche, mais ce que les caméras externes de qualité renvoient comme image de l’extérieur. La correspondance est cependant exacte et le tout ne souffre d’aucune latence. Si vous vous approchez trop près d’un meuble qui apparaît dans votre champ de vision, vous allez le heurter et vous faire mal comme si vous le voyiez de vos propres yeux. Si c’est un mur, les éléments en réalité augmentée disparaîtront pour le laisser revenir dans votre champ de vision.

L'interface s'affiche de manière très fluide dans l'environnement réel
L’interface s’affiche de manière très fluide dans l’environnement réel © Apple

S’il reste toujours sombre ou légèrement bleuté durant l’activité, l’écran externe OLED va afficher votre regard pour ne pas perturber vos interlocuteurs physiques lorsqu’ils se rapprochent. Mais c’est en fait une astuce pour donner l’impression de rendre transparent l’écran opaque initial. Car c’est l’affichage d’une projection de votre regard et de vos mimiques qui apparaît. Les caméras internes suivent vos yeux et celles sous la visière s’attardent sur les mouvements de votre bouche et du bas du visage pour reproduire cette vue de vos yeux. Une façon de se connecter à l’extérieur et d’humaniser le tout alors qu’en fait vous êtes dans votre bulle. Nous n’avons pas pu tester cette fonction EyeSight ou en voir le rendu qui n’était pas opérationnel sur le prototype testé.

Le casque de réalité augmentée Vision Pro, d'Apple
Le casque de réalité augmentée Vision Pro, d’Apple © Apple

Une détection des yeux et des mains qui laisse sans voix

Le casque tourne sous un nouveau système d’exploitation baptisée visionOS. Son but: spatialiser les applications et interfaces pour permettre à l’utilisateur d’interagir avec les contenus qui prennent place dans l’espace environnant. Sans surprise, le tout est parfaitement peaufiné. Il est même possible d’afficher plusieurs applications (Messages, Freeform, Photos, Notes, FaceTime) et de les disposer comme on le veut dans notre environnement.

L'écran d'accueil du casque Vision Pro d'Apple
L’écran d’accueil du casque Vision Pro d’Apple © Apple

Les contrôles du bout des doigts et du regard sont extrêmement bluffants. Les yeux fonctionnent comme une souris d’ordinateur et l’on navigue à grande vitesse d’une icône à l’autre, d’un menu à l’autre avant de valider du bout des doigts en pinçant le pouce et l’index, d’étirer verticalement ou horizontalement les fenêtres ou les photos de manière assez instinctive. Apple a misé sur l’intuitivité de chacun pour naviguer dans les menus et ça fonctionne pleinement. Et surtout le suivi du regard est sans commune mesure avec la concurrence tant il est réactif et sans faute sur ce que nous avons essayé. La validation des doigts et la gestuelle répondent du tac au tac sans décalage. On se prendrait presque pour Tom Cruise dans Minority Report, faisant virevolter les interfaces sous ses yeux du bout des doigts. Il y a là aussi quelque chose de futuriste pourtant bien actuel.

L'Apple Vision Pro se contrôle du bout des doigts
L’Apple Vision Pro se contrôle du bout des doigts © Apple

Expériences: le divertissement en vedette

Il faut aussi reconnaître que les expériences proposées lors de cette première approche ont su susciter un effet waouh assez efficace. Diverses, elles ont néanmoins beaucoup tourné autour du divertissement.

Nous avons ainsi pu plonger dans la bibliothèque photo pour afficher des clichés. Les couleurs sont vibrantes, l’intérêt peut-être un peu moindre. On n’a pas forcément envie de s’offrir un instant nostalgie, seul sur son canapé et casque sur le nez. En revanche, la possibilité de basculer les photos panoramiques de sa collection en fond d’écran à 180° est bien plus intéressante.

Apple Vision Pro
Apple Vision Pro © Apple

En choisissant un environnement à faire passer intégralement en fond d’écran de molette digital, le Vision Pro a fait disparaître nos deux interlocuteurs présents lors du test. Devenus des ombres dans la photo, ils sont cependant apparus dans notre champ de vision en nous parlant ou bien lorsque nous les avons regardés fixement pour les faire progressivement « revenir », les caméras les prenant en compte.

Avec le casque, il est possible de prendre des photos et d’enregistrer des vidéos en 3D en appuyant sur le bouton. Le rendu est assez fou avec une profondeur de champ rarement vu. On voit loin devant soi et sur le côté (même si quelques zones noires s’affichent à la limite du champ de vision latéral, au-dessus et en dessous de soi quand on tourne trop la tête).

Nous avons pu tester les appels en FaceTime. Notre appelant portait elle aussi un Vision Pro et c’est donc son avatar photoréaliste qui nous est apparu à l’écran. On aurait pu croire que nous avions un véritable humain face à nous. Les expressions du visage renvoyaient pleinement la personnalité de notre acolyte et sa tête bougeait comme elle aurait pu le faire naturellement en face à face. Nous avons également affiché un projet sur Freeform, l’application d’Apple pour collaborer, en ajoutant des tuiles de texte, photos, maquette 3D… L’une comme l’autre, nous avons du bout des doigts modifié le document, déplacé des éléments, ajouté d’autres très simplement.

Apple Vision Pro en appel FaceTime
Apple Vision Pro en appel FaceTime © Apple

Côté divertissement, le casque de réalité mixte veut proposer une tout autre expérience cinématographique, sportive ou musicale. Avatar 2 en 3D en met plein les yeux avec un effet immersif qui paraît tellement naturel qu’on en oublierait qu’on avait un casque sur le nez, encore plus lorsque l’on bascule en mode « Cinema », c’est-à-dire en faisant apparaître sous nos yeux une salle dans laquelle nous serions au premier rang et dans le noir. Doté de plusieurs capteurs dont un capteur de lumière, le Vision Pro sait d’ailleurs parfaitement ajuster la luminosité sur l’écran selon votre environnement extérieur pour ne pas perturber le rendu de la réalité.

L’audio spatial, un sacré atout

C’est d’ailleurs l’un des points importants: l’immersion. Elle sera audio avec un casque capable de créer une image sonore de votre environnement, que ce soit pour adapter l’audio à votre pièce (s’il y a de la moquette, du parquet, des miroirs, des murs étranges…) et que « vous y croyiez », ou bien pour profiter des expériences au grand air, face à une funambule sur un fil au milieu des montagnes, en entendant le bruit du vent. Apple a racheté les droits sportifs de plusieurs compétitions et l’on comprend le but en voyant que le casque pourra aussi vous faire profiter de matches basket, football ou baseball comme si vous y étiez, planté au milieu des joueurs en action.

L'interface du casque Vision Pro d'Apple
L’interface du casque Vision Pro d’Apple © Apple

On en a clairement pris plein les oreilles et la vue, jusqu’à ce papillon sorti de la vidéo 3D Encounter Dinosaurs et venu se poser sur notre doigt. Et notre cerveau de vouloir y croire au point de presque sentir l’insecte sur nous. Le dinosaure qui lui emboîtera le pas lors de la même expérience nous rappellera qu’il est aussi préférable pour nos nerfs qu’il ne soit pas plus vrai que son réalisme à l’écran nous l’a fait ressentir.

Quelques réserves cependant…

L’Apple Vision Pro essayé est loin d’être la version finale rêvée par Tim Cook. C’est une certitude. Mais c’est un prototype des plus réussis et bluffants que nous avons pu tester. Puissant, avancé technologiquement, il est quasi au point dans tous les compartiments. On pourra toujours se dire que le champ de vision pourrait être meilleur, mais il est déjà des plus larges du marché. L’autonomie de 2h et la présence d’un fil pour le relier à une batterie portable (petit format) dénotent par rapport au soin habituel d’Apple sur l’ergonomie et la copie sera sans nul doute retravaillée.

Le casque Apple Vision Pro
Le casque Apple Vision Pro © Apple

C’est sur le port du casque que nous avons trouvé un plus gros bémol. Au bout de 30 minutes, il a fini par peser sur l’avant de la tête entre ses deux écrans et le système de fonctionnement de cet « ordinateur spatial ».

La grande question est finalement la plus simple: à qui et à quoi va-t-il servir? Un mystère que les 7-8 prochains mois minimum devront lever. A 3500 dollars, tout le monde ne pourra pas se l’offrir. Apple ne veut clairement pas en faire un produit à destination uniquement des pros malgré son nom et sait qu’il a un très gros potentiel pour révolutionner le divertissement à la maison. Sa facilité d’utilisation, ainsi que sa qualité, en font un sacré candidat à la démocratisation à terme du marché, une fois que le prix sera devenu raisonnable.

L'interface du casque Vision Pro d'Apple
L’interface du casque Vision Pro d’Apple © Apple

Reste que s’il faut le considérer comme l’ordinateur du futur, le monde n’a pas besoin du Vision Pro pour le moment et peut encore se contenter du PC. Comme il n’y avait pas besoin de l’iPhone à sa sortie face aux téléphones portables. Et l’on sait ce que l’iPhone a réussi comme tour de passe-passe pour devenir indispensable et donner naissance à un marché concurrentiel qu’il domine encore malgré une concurrence féroce. Le Vision Pro s’apparente à une démonstration technique du savoir-faire d’Apple pour séduire les développeurs. Il a les armes et la qualité du produit en devenir pour s’implanter sur un secteur qui n’attend peut-être que lui pour décoller véritablement et en être encore le fer de lance, à défaut du pionnier.



Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please enter CoinGecko Free Api Key to get this plugin works.