24/04/2024
Pourquoi la fin du stablecoin BUSD fragilise Binance et pourrait secouer tout l'écosystème

Comment le géant des cryptos Binance entend contre-attaquer la SEC



Assignée en justice depuis une semaine, la bourse crypto vient de recruter un ancien directeur de la SEC, George Cannelos, dans le but de se défendre.

En pleine tourmente règlementaire, Binance a décidé de contre-attaquer. En effet, alors que le gendarme boursier américain (SEC) a assigné Binance en justice, la société a décidé de recourir aux services de quatres nouveaux avocats du cabinet Milbank LLP. L’un d’eux est George Cannelos… L’ancien directeur adjoint du gendarme boursier américain, rapporte Bloomberg.

Ce dernier a travaillé à la SEC de 2010 à 2014 à plusieurs postes, notamment celui de la direction des applications réglementaires. Cela remonte à 9 ans, mais il connaît bien la maison. La stratégie de Binance va reposer sur un axe bien précis, une demande de mise à l’écart de la procédure de l’actuel patron de la SEC, Gary Gensler, à cause d’un possible conflit d’intérêt.

Contacts rapprochés

En effet, selon les dires de Binance, Gary Gensler a eu des contacts rapprochés avec son propre patron, Changpeng Zhao (CZ). Il était même question que le groupe le débauche à un moment. Bref, Binance veut gagner du temps et éviter les dégâts structurels que pourrait occasionner cette procédure. Mais preuve que la meilleure défense est parfois l’attaque, Coinbase, qui est mis en cause aux même titres que Binance par la SEC, a aussi décidé d’y aller fort, en lançant une procédure contre le gendarme boursier et en réclamant un cadre réglementaire clair sur les cryptomonnaies, puisque bien sûr cela reste l’enjeu majeur et prioritaire de cet imbroglio juridique.

Pour rappel, la SEC a déposé 13 chefs d’accusation contre Binance lundi dernier, quelques mois après la plainte déposé par la CFTC également à son encontre. L’autorité considère que Binance et Binance US auraient dû s’enregistrer en tant que bourses aux Etats-Unis. La SEC accuse ainsi Binance d’avoir permis à des clients américains de négocier des actifs sur la plateforme Binance sans autorisation. De même, les actifs proposés à l’achat et à la vente sur Binance, comme sa cryptomonnaie native le BNB ou encore le BUSD, sont considérés comme des titres financiers (securities) au sens de la SEC, qui doivent donc être règlementés par l’autorité.



Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *