29/01/2023
Bientôt un "passeport blockchain" pour les véhicules connectés ?

Bientôt un « passeport blockchain » pour les véhicules connectés ?

La blockchain pourrait bien servir dans le domaine de l’automobile et plus précisément dans la récupération et le stockage des données des voitures connectées. Une société française, Blockchain Xdev, souhaite développer une forme de « passeport » pour les véhicules sous la forme d’un NFT.

La collecte des données des automobiles est devenue un secteur stratégique pour toute l’industrie alors que les véhicules connectés sont en pleine croissance. L’idée de la société française Blockchain Xdev est de développer une sorte de « passeport » automobile qui enregistrerait toutes les données du cycle de vie du véhicule directement sur la blockchain. Une manière d’obtenir un maximum d’informations vérifiable sur n’importe quel véhicule dans un marché en forte croissance. Ce sera donc utile pour l’achat, l’utilisation au quotidien, la revente, et même la maintenance. Ce projet n’est pas seulement incarné par cette entreprise française, mais par tout un consortium d’acteurs de la filière automobile. 

Ce projet en collaboration avec l’IRT SystemX de Palaiseau regroupe Stellantis, Mobivia, Matmut, le Crédit Agricole Assurances et dorénavant Covéa et la Société Générale Assurances. La forme que va prendre ce passeport est évidemment un jeton non fongible (NFT) représentant l’ensemble des caractéristiques du véhicule connecté. Concrètement, Blockchain Xdev souhaite créer une sorte de plateforme pour émettre soi-même le NFT du véhicule et de pouvoir en gérer les informations. En réalité, c’est une mini-révolution pour ces jetons cryptographiques, puisqu’ils se sont régulièrement moqués pour leur inutilité. Voilà une forme d’application industrielle intéressante.

Une mine d’or de données

On retrouve dans le consortium un bon nombre de groupes d’assurances. Si cela peut surprendre de prime abord, c’est surtout, car les données sont une véritable mine d’or pour leur permettre d’analyser les risques d’une voiture. Si tout ce beau monde s’intéresse soudainement aux NFT pour obtenir de meilleures données, c’est aussi peut-être par risque de rater l’occasion de prendre la main sur le marché en innovant. L’objectif est de créer une véritable plateforme où chaque acteur pourrait certifier les données de son véhicule et de s’inscrire dans une démarche de partage entre les différents acteurs du secteur. Chacun pourrait donc piocher en échange d’une transaction dans les données disponibles. Pour les constructeurs automobiles, cela pourrait ainsi permettre d’obtenir une meilleure visibilité sur les différentes réparations effectuées sur ses véhicules, mais en dehors de leur réseau.

Ce projet de passeport connecté pour les voitures pourrait être lancé au mieux en 2023 ou en 2024 et il pourrait bien trouver une forme d’utilité aux jetons non fongibles dans un contexte industriel.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *