29/01/2023
Arnaque aux cryptomonnaies : « Il est quand même facile de ne pas se faire avoir »

Arnaque aux cryptomonnaies : « Il est quand même facile de ne pas se faire avoir »

Les lecteurs de « 20 Minutes » n’ont pas tous connu la même fortune en investissant dans les cryptomonnaies. Leurs témoignages permettent de compiler quelques « tips » avant de se lancer sur ce marché.

Bitcoin rime-t-il obligatoirement avec arnaque ⁣ ? En lançant un appel sur le sujet, 20 Minutes n’était pas prêt à recevoir autant de demandes de renseignements, d’analyses, voire de conseils sur l’investissement dans les cryptomonnaies : « Cette société est-elle fiable ? », « Je ne crois pas être en mesure de récupérer mon argent », « Je pense être victime d’une arnaque, merci de m’apporter votre analyse ». Néanmoins, même en lisant Le Bitcoin pour les nuls, il est toujours aussi compliqué de saisir les tenants et aboutissants de ce « Far West 2.0 ». Nos lecteurs tentent d’apporter leur témoignage, leur expérience pour investir plus sereinement et éviter les escrocs.

Entre NFT, metavers et cryptomonnaies, le quidam flaire le bon filon mais ne sait pas à quel saint se vouer. Drix témoigne pour 20 Minutes, de son expérience sur la planète crypto, qu’il a intégré en 2017 : « Je n’ai jamais été « arnaqué » mais le nombre de tentatives est énorme : faux profils qui viennent discuter avec vous sur Telegram pour vous demander de l’aide et vous faire croire à des récompenses inexistantes, faux mails de promotions… » Frédéric aussi distille ses bons conseils : « Il faut se méfier des spams et autres publicités racoleuses. La première chose à faire est de choisir une plateforme connue et reconnue pour faire nos échanges. Ces plateformes sont très sécurisées avec une double authentification avec code SMS pour y accéder, la possibilité de sécuriser ses monnaies dans un coffre virtuel avec obligation pour les utiliser de valider l’opération via deux adresses mails différentes. Il faut être bien vigilant en n’utilisant pas de mots de passes courants et en ayant un bon antivirus à jour. »

Les applis de rencontre, the place to be de l’arnaque

Malheureusement, même si Drix affirme qu’« il est quand même simple de ne pas se faire avoir », tous les investisseurs n’ont pas connu de destinée aussi positive avec les cryptomonnaies. Notre lectrice Nathalie a par exemple suivi une pub ciblée sur un célèbre réseau social en août : « Je vois sur Facebook la promotion du Bitcoin par Elon Musk, je me laisse tenter et donne mon adresse mail. Une heure plus tard, je suis contactée par un courtier qui m’explique que je peux gagner beaucoup d’argent en misant une somme substantielle de 250 euros. Puis, le lendemain, il me demande de verser 1.000 euros avec ma carte bancaire, qui ne seront soi-disant pas débités. Dubitative, je lui pose pas mal de questions, je m’agace et je finis par lui raccrocher au nez. Résultat : le site était frauduleux et j’ai perdu 250 euros ».

20 Minutes, Kévin raconte, lui, son expérience sur Tinder. « Nous nous sommes découvert une passion commune pour les cryptomonnaies. Je me suis fait arnaquer 3.400 euros ». Une histoire pleine de résonances quand on apprend que plus de 56.000 « arnaques aux sentiments » ont été rapportées outre-Atlantique en 2021, avec une croissance forte pour celles liées aux cryptomonnaies, notamment chez les 18-29 ans, qui se font arnaquer de plus petits montants, révèle le New York Times. Kévin, lui, a investi, dans un premier temps, une petite somme d’argent. « J’ai d’abord eu un petit retour sur investissement, explique-t-il. Mais une fois que j’ai misé suffisamment de fonds pour que l’arnaque soit rentable, j’ai découvert que tout était faux : la plateforme d’échanges, les modérateurs, la vie de mon interlocuteur et… ses sentiments. » L’arnaqueur de Tinder a encore de beaux jours devant lui.

La bataille financière sur le front des cryptos dans la guerre en Ukraine

Olivier, qui a investi et s’est fait escroquer pendant le premier confinement, a retenu la leçon et parle du « prix de l’apprentissage ». Mais la hype de ce boursicotage n’est-elle pas pour certains la seule solution viable pour conserver son argent ? Ainsi, Ukrainiens et Russes, engagés dans une guerre qu’ils n’ont pas choisie, se tournent vers les cryptomonnaies pour sauver quelques liquidités. « Ça se passe comment au niveau Bitcoin en Russie actuellement ? Est-ce que ça permet de contourner le système financier ? », se demande Petit grain de sable sur 20 Minutes. C’est possible, selon Nicolas Fleuret, spécialiste de l’industrie financière au sein du cabinet Deloitte, qui imagine dans une interview à l’AFP, l’utilisation de cryptomonnaies en Russie « comme un véhicule de paiement » alternatif, le pays « en produisant de plus en plus ».

Aux 30 % de Français qui envisageraient donc de se lancer dans l’aventure cryptomonnaies, mieux vaut se renseigner en amont, faire quelques recherches auprès d’une communauté qui grossit. « Il existe aussi des sociétés de conseils qui pourront expliquer comment cela fonctionne et comment investir sans risque », assure Drix, qui rappelle que « la règle n° 1 dans les cryptos est « investissez ce que vous pouvez vous permettre de perdre ». En respectant cette règle, vous dormirez tranquille et vous découvrirez un monde très intéressant avec beaucoup de passionnés, beaucoup d’entraide et des contenus gratuits pour comprendre la blockchain et les cryptos. Ils permettent de construire la finance de demain ».

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *