05/02/2023
Après la France, Binance cherche à obtenir une licence crypto en Allemagne

Après la France, Binance cherche à obtenir une licence crypto en Allemagne

Le patron de Binance, Changpeng Zhao (CZ), a annoncé qu’il cherchait à obtenir l’enregistrement en Allemagne de sa plateforme d’échanges de cryptomonnaies.

Après avoir obtenu l’enregistrement en tant que prestataire de services sur actifs numériques (PSAN) auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF), le géant des cryptomonnaies Binance vise désormais un nouveau régulateur européen. Et pas n’importe lequel: l’autorité fédérale de supervision financière (Bafin) qui n’est autre que le régulateur allemand. »Nous espérons obtenir une licence en Allemagne », a déclaré ce mercredi le patron de Binance, Changpeng Zhao (CZ), s’exprimant lors de la conférence Finance FWD à Hambourg. « Notre équipe est définitivement en train de discuter avec les régulateurs et d’après mes retours, les conversations se passent bien ».

L’Allemagne est un « marché très important » pour Binance souligne son patron, qui cherche à monter en puissance dans ce pays. Le groupe a ainsi procédé à de nombreux recrutements dans le pays, précise CZ. Binance a recruté début février Michael Wild, à la tête de Binance Europe ayant en ligne de mire l’Allemagne. Ce dernier est un ancien du monde de la finance traditionnelle qui a travaillé pour Commerzbank et Credit Suisse avant de passer par la plateforme de trading eToro.

Des relations pas toujours au beau fixe

Binance obtiendra-t-elle cette licence en Allemagne aussi rapidement que sa licence à Dubaï? Le chemin semble encore long à parcourir. Malgré les dires de CZ, les relations entre Binance et la Bafin n’ont pas toujours été au beau fixe. Dans une note publiée en mai 2021, la Bafin avait émis des soupçons « suffisamment fondés » sur le fait que Binance proposait au public des actions tokénisées sans autorisations. « L’offre au public de valeurs mobilières sans prospectus approuvé constitue, sauf exception, une infraction à l’obligation d’établir un prospectus », avait écrit l’autorité.

Par ailleurs, cet été, à la suite de la pression de nombreux régulateurs européens préoccupés par la protection des consommateurs, Binance a décidé d’arrêter de proposer des produits dérivés et contrats à terme en Europe, en commençant par l’Allemagne et l’Italie.

Depuis janvier 2020, les plateformes d’échange de cryptomonnaies doivent obtenir une autorisation du régulateur allemand pour exercer sur son territoire. En juillet dernier, la Bafin a accordé sa première licence à la plateforme d’échange de cryptomonnaie Coinbase, principal concurrent de Binance, pour fournir ses services de garde et de stockage de cryptomonnaies.

Par ailleurs, les discussions entre Binance et la Bafin s’inscrivent dans un contexte de turbulences sur le marché des cryptomonnaies et des stablecoins, le régulateur allemand appelant mardi à réguler de manière urgente la finance décentralisée (DeFi).

Début mai, Binance, qui revendique 90 millions de clients dans le monde, a obtenu l’enregistrement auprès de l’AMF lui permettant non seulement de fournir ses services en France, mais aussi de réaliser du démarchage auprès des clients français. Lors de la conférence Finance FWD à Hambourg, CZ a déclaré que l’investissement de 100 millions d’euros pour développer le web 3 en France ne signifiait pas que la société ignorait pour autant l’Allemagne.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *